Technologie

Vous ne pourrez plus échapper à la vidéosurveillance de cette IA

 

Une nouvelle solution d’intelligence artificielle permet de détecter des visages et d’identifier des individus à partir d’images de basse résolution et sans grande puissance de calcul.

C’est ce que l’on appelle de l’apprentissage non supervisé, c’est-à-dire que la méthode consiste à distinguer des motifs récurrents et à regrouper les données par similarité. L’avantage est de pouvoir soumettre de façon spontanée n’importe quelle image avec un minimum de 24 X 24 pixels et d’obtenir un résultat quasiment en temps réel.

Le processus est toujours le même : l’utilisateur crée un modèle à partir d’un visage tiré d’une vidéo ou d’une photo. Si l’image est floue, l’opérateur peut extraire de la même manière un tatouage, un dessin sur un t-shirt ou un accessoire distinctif (voir la capture d’écran ci-dessous). La machine la compare ensuite aux images d’une caméra en temps réel ou à des enregistrements. Elle sort alors un panel de 20 à 30 captures se rapprochant le plus du modèle. A charge pour l’homme de vérifier en bout de course la pertinence du résultat. La puissance du logiciel est telle qu’il est capable d’identifier des personnes même si elles portent une capuche, des lunettes ou qu’elles affichent 20 ans de plus que sur l’image de départ (voir photo en haut de l’article).

 

Un réseau neuronal inspiré de l’homme

Une performance  possible grâce à la particularité du réseau neuronal de BrainChip. « Nous nous sommes inspirés du fonctionnement du cerveau humain et de ses synapses qui émettent des décharges électriques pour actionner les neurones », ajoute encore Bob Beachler. L’idée a donc été de copier le système visuel de l’homme dont le traitement d’image repose sur la propagation d’une vague d’impulsions à travers plusieurs couches de neurones. On appelle cela un réseau de neurones impulsionnels (spiking neural network). Et c’est la première société à lancer une suite logicielle basée sur cette méthode dans le domaine de la surveillance civile. Le programme est commercialisé depuis le mois de juillet dernier et testé en France par la police nationale de Toulouse, la DGSE ainsi que la préfecture de police de Paris. Le but n’est pas seulement de s’en servir pour retrouver la trace de suspects mais aussi de potentiels témoins ou victimes.

BrainChip propose en sus depuis octobre dernier, une version hardware : BrainChip Accelerator. Ce sont des circuits intégrés reprogrammables en silicium. Leur intérêt est d’être facilement intégrable à des serveurs ou des caméras et de multiplier par 6 la vitesse et la précision du logiciel. Intel et IBM s’activeraient actuellement pour sortir des solutions similaires et concurrentes.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench